Sélectionner une page

La posture de Zazen

comprendre la méditation zen

Maitre Taisen Deshimaru

1914 – 1982

Comment pratiquer la méditation zen ?

Asseyez-vous sur le zafu – coussin rond – et croisez les jambes

Méditation zen , méditer en pleine conscience

 Pour apprendre la posture de la méditation zen

Il est important de ne pas contraindre le corps dans une immobilité rigide mais d’adopter une posture où l’on trouve équilibre et détente dans la verticalité.
Pour réaliser cela, on s’assoit au milieu du zafu sur les ischions de telle sorte que le bassin se stabilise par le contact des genoux avec le sol. La position des jambes est celle du lotus, du demi ou du quart de lotus.
De plus, un juste positionnement du bassin, légèrement basculé vers l’avant, et le réglage de l’épaisseur du zafu, permettent à la colonne vertébrale de s’ériger vers le ciel sans que soient créées des zones de tensions préjudiciables. Enfin, la tête est droite et le menton rentré. Les épaules, la cage thoracique et le ventre sont relâchés de façon à permettre une respiration fluide. Les yeux sont mi-clos et le regard posé devant soi.
Les mains sont positionnées sur le haut des cuisses, le tranchant en contact avec le bas ventre, La main gauche dans la main droite, on forme un bel ovale avec les pouces qui se touchent légèrement tout en étant horizontaux. Le visage est détendu, de même que les mâchoires. La bouche est fermée, la langue contre la palais. On respire silencieusement par le nez en pleine conscience.

 

L'état d'esprit

Laissez passer les pensées, les images, les souvenirs qui apparaissent durant zazen, comme des nuages dans le ciel, sans essayer de les retenir ou de les entretenir, ni de les chasser.
Ainsi, la pratique du zen ne s’appuie sur rien : pas de visualisation, pas de concentration sur un objet.

La respiration

Respirez tranquillement, silencieusement par le nez, en toute conscience, c’est à dire en étant attentif, comme un tigre aux aguets, à chaque respiration. Respirez naturellement et expirez calmement, longuement, profondément sous le nombril. Soyez libre de tout jugement à propos de votre respiration – lente ou rapide  elle est telle qu’elle est.
Aussi, à la fin de l’expiration, l’inspiration se fait naturellement.
Ainsi, cette respiration abdominale naturelle nous aide à être dans une vision plus juste de la réalité, puisqu’elle cesse d’être perçue à travers le prisme de notre imaginaire. On perçoit clairement que la respiration est le lien entre le corps et l’esprit et à la fois qu’elle n’est que du vent.

Laissez zazen faire zazen

Notre force de vie ne doit être ni relâchée ni trop tendue. Ce qui importe, c’est qu’elle reste entièrement en état d’éveil. Ainsi, la méditation zen est un effort sans effort : accepter de ne rien faire de spécial, ni physiquement ni mentalement, pour que l’esprit rencontre l’esprit. Tandis que, dans nos vies selon les circonstances, on est toujours prêt à faire beaucoup de choses; se dépouiller de tous les « faire », c’est retrouver la condition normale de l’esprit.